Entretien avec Jodi Ettenberg, de Legal Nomads : les voyages, la photographie et l’amitié à long terme

Afin de rendre la vie des voyageurs en bus plus facile, nous avons décidé de contacter des globe-trotteurs du monde entier qui ont un certain bagage dans le domaine. La dernière fois, nous nous étions entretenus avec Dan et Audrey de Uncornered Market.
Aujourd’hui, nous sommes impatients de partager avec vous les fabuleuses histoires de Jodi Ettenberg, de Legal Nomads, en vedette dans le New York Times la semaine dernière. Ancienne avocate à Montréal, elle a décidé de visiter la planète, un pays à la fois. Jodi explore le monde depuis 2008.

Jodi Ettenberg at Tichka Pass, the highest road in Morocco
Jodi Ettenberg à Tichka Pass, la route la plus haute du Maroc

1. Où êtes-vous en ce moment et quelle est votre prochaine destination?

Là, je suis dans l’avion, entre Istanbul et Amman. Merci Google offline ! J’ai passé tout l’automne en Turquie, au Maroc et en Angleterre et là je retourne en Thaïlande, après quelques semaines passées à Amman. Je ne peux pas me passer de riz gluant trop longtemps.

Jodi Ettenberg at the Citadel in Amman
Jodi Ettenberg à la citadelle d’Amman

2. Vous êtes douée pour raconter et partager vos histoires, autant sur votre blog que sur les réseaux sociaux. Qu’est-ce qui vous pousse à documenter tous vous voyages et à les faire partager avec les gens ?

Il y a une légère différence entre les histoires que je partage sur mon blog et les liens et informations que je poste sur Twitter. J’avais une newsletter que j’envoyais chaque jour en tant qu’avocate, on y trouvait un peu de science, de technologie et des nouvelles politiques du jour.
Quand j’ai quitté mon travail pour voyager, j’ai arrêté d’envoyer cette newsletter, mais Twitter est alors devenu un espace où tout est posté en temps réel. D’un autre côté, sur un blog, on poste nos aventures, nos histoires culinaires, nos rencontres et on y rédige de longs essais agrémentés de nombreuses photos. Tout au long de mes aventures, j’ai essayé de garder un certain sens de l’humour : ce n’est jamais bon de se prendre trop au sérieux. Dans les prochains mois, j’espère pouvoir réunir ces deux versions de moi en ligne et créer une newsletter pour Legal Nomads.

Dans cette newsletter, j’aimerais mettre tous les liens de Twitter et de Google+ que je trouve les plus pertinents et aussi les histoires que j’ai écrit, chacune avec un éditorial. J’aimerais vraiment que ce projet se concrétise car cela combinerait les deux aspects que j’apprécie en ligne, et les deux impliquent la notion de partage.

3. J’ai cru comprendre que vous possédiez un appareil photo Olympus EP-3 et que vous le combiniez avec un Panasonic 20mm et lentille 1.7. J’ai moi-même la même lentille que je combine avec un Panasonic GF1. Comment tirez-vous le meilleur de votre appareil et quelle est la photo préférée prise avec votre appareil ?

J’adore mon nouvel appareil ! Les gens m’écrivent et me demandent la lentille que j’ai utilisé pour les photos prises à Myanmar ou celles en Thaïlande. Je trouve cela plutôt drôle (car comme vous le savez), j’utilisais juste un compact numérique.

Bon, évidemment, pour faire une magnifique photo, vous devez avoir un super appareil photo. Mais j’ai remarqué une différence avec le nouveau E-P3 – les photos sont plus nettes, les couleurs sont tellement plus éclatantes et avec la lentille 20mm, je suis capable de prendre de belles photos de ce que je mange. Malgré le fait que la lentille de l’appareil est généralement utilisée pour des photos en macro, ma photo préférée, c’est celle que j’ai prise à Istanbul, à Ayasofia. L’ambiance sombre, un peu glauque, l’éclairage et l’architecture, le tout combiné avec la photo prise à travers un trou d’épingle, rend ce cliché magnifique selon moi. Mais bon, c’est un choix difficile à faire ; je me sens comme un enfant dans un magasin de bonbons, sauf que là on parle de photos que l’on prend avec la nouvelle lentille.

Sulemaniye Mosque, Istanbul, shot through a pinhole

La mosquée de Sulemaniye, à Istanbul (photo prise à travers un trou d’épingle)
Quiet waters off Inle Lake, Myanmar (Burma)
Les eaux calmes du lac Inle, à Myanmar (Birmanie)

4. Vous avez écrit un article très divertissant appelé “Ce n’est pas un vrai voyage en bus s’il n’y a pas une poule ou 2” sur les transports au Laos. J’imagine que je ne me trompe pas si je dis que voyager en bus vous permet de vous rapprocher des locaux. Pouvez-vous partager avec nous une de ces fameuses histoires ?

C’est vrai ! Cette histoire est merveilleuse, et elle montre vraiment les différences entre notre culture et celles d’ailleurs. Les enfants n’arrêtaient pas de vomir à cause du bus et notre groupe n’arrêtait pas de rire (tout comme les enfants, entre deux maux d’estomac) et ce qui aurait pu être un calvaire s’est avéré être un moment drôle et divertissant.

L’un de mes souvenirs préférés – mais aussi l’un des plus absurdes – c’était lors d’un voyage de 30h entre Flores et Lombok. J’étais assise sur le toit d’un mini-van, avec une chèvre sur mes genoux. Quelqu’un est venu sur le toit pour récupérer mon billet et je n’ai pas pu m’empêcher de rire – imaginez-moi, une main sur la barre du toit et l’autre tenant la chèvre sur mes genoux…comment voulez-vous que je lui donne mon billet ?
Pour ça, il fallait s’arrêter…

5. Comment organisez-vous votre voyage en bus si vous ne trouvez pas les horaires sur internet ?

Je demande à l’hostel ou à l’endroit où je vais dormir. Je fouille aussi sur les forums en ligne. Mais en général, ce qui arrive c’est que j’arrive dans un endroit et je me rends directement à la gare d’autobus un jour ou 2 avant mon départ, j’achète mon billet de bus et je demande les horaires pour la région.

Unusual road hazards while traveling
De drôles de ‘dangers’ que l’on peut rencontrer sur la route
Goat crossing
Un troupeau de chèvres au Maroc

6. Chez Busbud, notre mission c’est de rendre les informations de voyage en bus accessibles à tous et permettre de planifier correctement ses trajets.
Est-ce que vous pensez que notre mission en vaut la peine ? Pensez-vous qu’elle peut aider la communauté des globe-trotteurs ?

Bien sûr que oui ! Il y a déjà de nombreux forums et ressources en ligne, mais un site dédié seulement aux bus est un outil merveilleux pour les gens qui ont besoin d’informations. Et je pense que les bus sont un moyen de transport bien plus utilisé que nous ne le pensons. Le seul inconvénient selon moi, c’est le changement d’horaires et le fait que certains bus partent lorsqu’ils sont remplis et non pas à l’heure où ils sont supposés partir. Mais ce ne sont que des petits désagréments dans un outil qui est utile pour toute la communauté des voyageurs.

7. Vous aussi, vous avez étudié à McGill, comme 3 d’entre nous à Busbud. Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui vont bientôt obtenir leur diplôme et qui hésitent entre voyager ou débuter leur carrière dès maintenant ?

Je recommande très fortement de voyager mais je pense qu’il faut garder les longs voyages pour plus tard, après quelques années de travail.
Pour commencer, je dirais qu’il est nécessaire d’avoir quelques économies de côté mais aussi des compétences dans un domaine en particulier avant de partir à l’aventure. C’est une réponse un peu controversée – je vous l’accorde – parce que vous entendrez souvent dans votre vie qu’il faut partir à l’aventure, mais je suis heureuse d’avoir préparé un plan “au cas où”. Si je venais à arrêter les voyages, je sais que je peux retourner à mon travail d’avocate. Tous les contacts que vous vous faites lorsque vous quittez l’école sont toujours bons à garder même lorsque vous voyagez, car ils peuvent sans aucun doute vous aider lorsque vous revenez.

A doorway in the old media of Essaouira
Une porte d’entrée dans le vieux Essaouira

8. Enfin, vous êtes un parfait exemple de quelqu’un qui profite au mieux des voyages et de tout ce qu’ils ont à offrir. Vous avez expliqué cela en détails sur votre blog, tout comme la façon dont les voyages aident à garder une bonne perspective sur sa vie. Selon vous, quels sont les meilleurs avantages à voyager ?

Je pense que voyager, c’est une forme d’éducation en soi. Si vous combinez cela avec ce que vous apportez de votre propre culture, voyager vous permet de vous rendre compte de ce qui vous entoure, vous rend plus flexible et ouvert d’esprit et vous transforme en tant qu’être humain, vous devenez plus intéressant.
Comme vous l’avez dit, cela permet de garder une bonne perspective sur sa vie et vous adapter à ce qu’elle met sur votre chemin. C’est aussi un excellent moyen de se faire des amis aux quatre coins de la planète.

Inle Lake: Nyangshwe & Pa-O Villages
Jodi et son ami Honza au marché, au Myanmar
Hogmanay in Scotland
Hogmanay en Écosse

Merci Jodi !

Vous pouvez suivre ses aventures sur FacebookTwitter et Google+. et sur son blog Legal Nomads

Photos de Jodi Ettenberg, sur Legal Nomads.